Maladies

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie chronique (à long terme) qui provoque la douleur, l’enflure et la raideur dans les articulations. C’est une maladie rhumatismale systémique, ce qui signifie que la maladie peut affecter l’ensemble du corps.

C’est l’un des types les plus courants d’arthrite inflammatoire et on estime qu’elle affecte 1% de la population.

Maladie auto-immune

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune, ce qui signifie qu’elle survient lorsque le système immunitaire du corps attaque ses propres cellules et tissus sains. La raison pour laquelle il fait cela n’est pas bien comprise. Lorsque le système immunitaire du corps est « activé » de cette façon, il peut rendre une personne très fatiguée, semblable à quand elle a la grippe.

Importance du traitement précoce

Il est très important que la polyarthrite rhumatoïde soit traitée le plus tôt et agressivement possible pour éteindre le « feu » dans les articulations des patients. Cela permet d’éviter d’autres dommages articulaires qui peuvent finalement avoir des effets invalidants, et peut réduire le risque d’autres problèmes associés à l’inflammation chronique, comme les maladies cardiaques.

Avec un traitement approprié, de nombreux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde peuvent profiter d’une vie active et productive, et prévenir des dommages à long terme à leurs articulations.

Qui obtient la polyarthrite rhumatoïde

Les gens remarquent généralement les premiers signes de polyarthrite rhumatoïde entre 25 et 50 ans. La maladie est environ trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

Comprendre la polyarthrite rhumatoïde

Symptômes

Douleur et gonflement dans les articulations

La polyarthrite rhumatoïde provoque des douleurs et un gonflement dans les articulations. Cela les provoque à se sentir raides et douloureux, surtout le matin. La polyarthrite rhumatoïde commence généralement lentement et affecte seulement quelques articulations. Il peut commencer par un genou, un poignet, les mains ou même les pieds. Au fil des semaines ou des mois, il peut commencer à affecter d’autres articulations.

Chez certaines personnes, la polyarthrite rhumatoïde semble sauter d’une articulation à l’autre. Un jour, une articulation sera raide et douloureuse, puis le lendemain, cette articulation se sent bien, mais quelque chose d’autre est douloureux. Quand cela arrive, les gens peuvent commencer à avoir l’impression de devenir fou. Certains patients décrivent la polyarthrite rhumatoïde comme ayant un esprit propre.

Bien qu’il soit rare, la polyarthrite rhumatoïde peut parfois sembler apparaître soudainement du jour au lendemain. Ces malchanceux peuvent aller se coucher en se sentant bien, mais le matin, ils pourraient avoir l’impression de ne pas pouvoir sortir du lit.

Comme beaucoup d’autres troubles auto-immunes, la polyarthrite rhumatoïde a tendance à s’évanouir. Il s’agit de périodes d’activité accrue où les signes et les symptômes sont plus prononcés et plus graves, comparativement à d’autres périodes où ils sont plus légers.

Fatigue

La fatigue est un symptôme commun parce que le système immunitaire du corps est « activé » et attaque ses propres articulations et tissus. Cela peut rendre une personne très fatiguée, semblable à quand elle a la grippe.

Autres symptômes

La polyarthrite rhumatoïde peut également affecter d’autres organes et tissus dans tout le corps, y compris la peau, les yeux, les poumons, le cœur, les reins, les glandes, les nerfs, la moelle osseuse et les vaisseaux sanguins. Cela peut causer une variété d’autres symptômes en fonction des parties du corps affectées.

Diagnostic

La polyarthrite rhumatoïde est mieux diagnostiquée par un rhumatologue, un type de médecin qui est un spécialiste de l’arthrite et des maladies auto-immunes.

Pour diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde, un médecin prendra une histoire complète et effectuera un examen physique approfondi. Ils commandent habituellement des analyses de sang et des radiographies pour aider à confirmer leur diagnostic.

Tests communs pour diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde

Aucun test unique ne permet de diagnostiquer la polyarthrite rhumatoïde, de sorte que le médecin trouvera des indices de toutes ses investigations pour parvenir au diagnostic.

Chez certains patients, certains tests sanguins peuvent sembler normaux même s’ils sont atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Tests sanguins

À la recherche d’une inflammation : La polyarthrite rhumatoïde est une arthrite inflammatoire, on s’attend à ce que ces tests aient des résultats anormaux. Les tests courants comprennent une numération sanguine complète (CBC), un taux de sédimentation érythrocytaire (ESR) et une protéine C-réactive (CRP).

Recherche d’anticorps — Facteur rhumatoïde : Le facteur rhumatoïde (RF) est un type d’autoanticorps, un anticorps qui cible les propres tissus de l’organisme. Des taux élevés sont présents chez 80% des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Des tests positifs sont possibles à partir d’autres causes, et les personnes qui ont un test négatif peuvent encore souffrir de polyarthrite rhumatoïde, de sorte que les résultats des tests sont pris en compte avec d’autres symptômes et tests.

Recherche d’anticorps — anti-CCP : Le test anticorps anti-cyclique citrullinated Peptide Antibody (anti-CCP) recherche des anticorps anti-citrullinated Protein (ACPA). Ce sont des autoanticorps, ou des anticorps qui ciblent quelque chose dont les propres tissus du corps sont faits. Les anticorps protéiques anti-citrullinés ciblent spécifiquement un type de protéine décrit comme citrullinated. Ce type d’autoanticorps est présent chez 60 -70% des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Comme tous les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ne seront pas testés positifs, les résultats des tests sont pris en compte avec d’autres symptômes et tests.

Scanne

Rayons X : Les rayons X peuvent montrer des dommages aux articulations causés par la polyarthrite rhumatoïde et peuvent aider les médecins à suivre la progression de la maladie au fil du temps.

Causes

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui survient lorsque le système immunitaire du corps commence à attaquer ses propres articulations. La raison pour laquelle il le fait n’est pas encore comprise.

Divers facteurs peuvent être impliqués, y compris la génétique, les hormones et les facteurs environnementaux.

Traitements

La polyarthrite rhumatoïde doit être traitée rapidement et de manière agressive. La recherche nous indique que si la polyarthrite rhumatoïde est traitée tôt, les patients sont beaucoup plus susceptibles d’être en rémission, un état où ils ne ressentent plus les signes ou les symptômes de la maladie. Même quelques mois peuvent faire une différence.

La polyarthrite rhumatoïde est liée à une maladie cardiaque, de sorte que les patients doivent également maintenir leur tension artérielle et leur cholestérol à des niveaux sains.

Pour les diabétiques, il est important de contrôler la glycémie.

Tous les patients qui fument devraient cesser de fumer le plus tôt possible parce que le tabagisme est connu pour aggraver les symptômes et rendre la polyarthrite rhumatoïde beaucoup plus difficile à traiter.

Il est important pour les patients d’assister régulièrement à leurs rendez-vous de rhumatologue et de faire rapidement les analyses sanguines demandées par leur médecin.

Chirurgie pour les cas graves

Dans les cas les plus graves de polyarthrite rhumatoïde, certaines articulations peuvent devenir si gravement endommagées qu’elles ne fonctionnent plus. Si cela se produit, la chirurgie pourrait aider. La chirurgie consiste généralement à remplacer une articulation endommagée par une articulation artificielle. La chirurgie peut aider les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde sévère et avancée en réduisant la douleur, en améliorant la mobilité et en rétablissant la fonction.

Médicaments qui traitent la polyarthrite rhumatoïde

Les médicaments contre la polyarthrite rhumatoïde se répartissent en deux grands groupes. Le premier groupe est des médicaments qui aident à contrôler les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. Le deuxième groupe de médicaments contrôle la maladie et prévient les dommages articulaires à long terme.

Les patients prescrits doivent demander à leur médecin de confirmer que l’alcool, ou les suppléments ou thérapies alternatives qu’ils prennent, ne causeront pas d’interactions négatives.

Pas de remèdes naturels connus ou de thérapies complémentaires qui ont été prouvés pour aider la polyarthrite rhumatoïde de manière significative.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour l’inflammation et la douleur

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les AINS sont des médicaments qui réduisent l’inflammation des articulations causée par la polyarthrite rhumatoïde. Ils aident également à réduire les symptômes tels que la douleur. Il y a environ 20 médicaments anti-inflammatoires différents disponibles, donc si quelqu’un ne travaille pas pour quelqu’un, son médecin peut en recommander un autre à essayer. Ils n’empêchent pas la progression de la maladie.

Corticostéroïdes (prednisone)

Les médicaments comme la prednisone peuvent aider à contrôler l’inflammation chez certaines personnes. Il peut également aider à contrôler les symptômes de la douleur et de la raideur. Il est généralement utilisé à fortes doses pendant de courtes périodes. Lorsqu’il est utilisé pendant de longues périodes, la prednisone peut avoir des effets secondaires.

Certaines personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde bénéficient également d’injections de cortisone directement dans les articulations touchées.

Les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde devraient discuter des risques et des avantages de l’utilisation de corticostéroïdes avec leur rhumatologue.

Médicaments analgésiques pour la douleur

Les analgésiques ne contrôlent que la douleur. Ils ne font rien pour contrôler la maladie ou pour prévenir d’autres dommages articulaires. Les analgésiques peuvent aller de choses simples comme l’acétaminophène ou le paracétamol à des narcotiques plus puissants comme la morphine.

Médicaments anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD)

Les médicaments anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) devraient être utilisés pour traiter toutes les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Ils sont souvent utilisés en combinaison pour fournir un traitement efficace.

Le méthotrexate est le médicament anti-rhumatismal modifiant la maladie le plus couramment utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. Il est administré une fois par semaine sous forme de comprimés ou d’une petite injection sous la peau. L’injection a tendance à mieux fonctionner que les comprimés et peut avoir moins d’effets secondaires.

D’autres types de médicaments anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie fonctionnent bien pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde comprennent : la sulfasalazine, le léflunomide (Arava), l’hydroxychloroquine (Plaquenil) et l’Sels d’or (Myochrisine). Une combinaison commune appelée triple thérapie consiste en méthotrexate, sulfasalazine et hydroxychloroquine.

Thérapeutique avancée

Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde dont la douleur et la raideur articulaires ne sont pas adéquatement contrôlés par des médicaments anti-inflammatoires et des médicaments anti-rhumatismaux modificateurs de la maladie peuvent être traités par une classe de médicaments appelés traitements avancés. Les produits thérapeutiques avancés sont composés de médicaments biologiques et de petites molécules. Ces médicaments sont extrêmement efficaces et peuvent faire une grande différence pour les personnes atteintes de la maladie.

Un type de produit biologique appelé antitumoral Facteur de nécrose biologique a été introduit pour la première fois en 1998. Ils fonctionnent très bien pour de nombreuses personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Aujourd’hui, un certain nombre de produits biologiques anti-TNF sont disponibles, notamment Humira (adalimumab), Cimzia (certolizumab) Remicade/Inflectra/Remsima (infliximab), Simponi (golimumab) et Enbrel/Brenzys/Erelzi (etanercept).

D’autres produits biologiques ciblent d’autres aspects de la réponse inflammatoire. Actemra (tocilizumab) et Kevzara (sarilumab) bloquent l’Interleukine-6, une importante protéine de signalisation impliquée dans l’inflammation. Le rituxan (rituximab) est un médicament qui cible un marqueur à la surface d’une cellule immunitaire. Orencia (abatacept) est un médicament qui interrompt la communication entre les cellules immunitaires. Enfin, Kineret (anakinra) est un médicament qui bloque l’interleukine-1 une autre protéine de signalisation impliquée dans l’inflammation.

Les produits biologiques sont administrés par injection sous la peau ou par perfusion intraveineuse.

Une autre classe de traitements avancés appelés petites molécules qui bloquent d’autres parties du système immunitaire peut être des traitements très efficaces. Des exemples de petites molécules incluent Xeljanz (tofacitinib) et Olumiant (baricitinib).

Avec de nombreux traitements avancés à choisir, si l’on ne travaille pas pour quelqu’un, son rhumatologue peut en suggérer un autre.