Examen du genou

Vidéos

Les vidéos suivantes sont présentées en anglais.

Partie 1

Partie 2

Partie 3

L'examen

Pour chaque articulation du membre inférieur toujours commencer avec le patient debout

En Standing

Inspection

  1. Structures cutanées : Recherchez l'érythème, les cicatrices, les ecchymoses et l'enflure dans les zones suivantes :

    a. Rainures péripatellaires

    b. Bourse suprapatellaire

    c. Bourse prépatellaire

    d. Tendon infrapatellaire

    e. Bourse à l'ansérine

    f. Fosse poplitée

  2. Muscles et tissus mous :

    a. Atrophie du quadriceps

    b. Atrophie ischio-jambiers

    c. Atrophie du mollet

  3. Os et alignement :

    a. Position de la rotule (Alta, Baha, Clin d'œil, Œil de grenouille),

    b. Alignement en Varus ou en Valgus

    c. Contracture en flexion ou Genu recurvatum

Plage de mouvement - Actif

Debout est la meilleure occasion d'évaluer l'amplitude active du mouvement du genou.

  1. Demandez au patient de s'accroupir dans un coude profond genou. Les deux genoux doivent se plier symétriquement.
  2. Demandez au patient de se tenir debout et d'étendre complètement le genou — verrouillez le genou. Le genou doit se redresser à 0 degrés d'extension. Certaines personnes ont une extension accrue appelée genu recurvatum.

Démarche

Recherchez une phase de position courte sur le membre affecté et une démarche maladroite si une différence de longueur de jambe concomitante

  1. Rechercher l'activation du bloc
  2. Projection
    1. Marchez sur les orteils
    2. Marchez sur les talons
    3. S'accroupir — Test d'amplitude de mouvement active

Tests spéciaux

Écart de longueur de jambe

a. Examiner le dossier des patients afin de déceler des signes de scoliose fonctionnelle

b. Placez vos mains sur les crêtes iliaques du patient à la recherche d'une inégalité qui peut signifier un écart de longueur de jambe

En séance

Examen neurologique

  1. Testez les réflexes

a. Réflexe L4 — Quadriceps

Examen vasculaire

  1. Sentez pour l'artère tibiale postérieure

Position couchée

Inspection

  1. Structures cutanées : Encore une fois à la recherche de cicatrices, d'érythème, d'ecchymoses et d'enflures, comme décrit ci-dessus

    a. Rainures péripatellaires

    b. Bourse suprapatellaire

    c. Bourse prépatellaire

    d. Tendon infrapatellaire

    e. Bourse à l'ansérine

    f. Fosse poplitée

  2. Muscles et tissus mous : atrophie du quadriceps, atrophie du mollet

    a. Le quadriceps peut être mesuré pour l'atrophie en mesurant 10 cm de haut de la cuisse à partir du plateau tibial médial et en mesurant à ce point la circonférence de la jambe.

  3. Os et alignement : déformation en flexion, genu valgum ou varus

Palpation avec le genou en extension

  1. Température : Sentez le genou pour la chaleur. Une articulation normale devrait être d'environ 1 degré plus froide que les tissus environnants.

  2. Palpation antérieure

    a. Muscle quadriceps pour la sensibilité

    b. Déplacez-vous vers le bas pour palper l'insertion du tendon quadriceps dans le pôle supérieur de la rotule (aux positions 10 et 2 de la rotule, c'est là que le patient ressent généralement une douleur enthécale)

    c. Palpez au-dessus de la rotule pour détecter une bursite pré-rotulienne et une douleur/sensibilité de la rotule elle-même

    d. Descendez jusqu'à l'insertion du tendon rotulien (un autre site enthécal)

    e. Descendre le tendon rotulien en ressentant l'enflure et la sensibilité

    f. Palpez la tubérosité tibiale

    g. Continuez à palper la face antérieure du tibia pour détecter la douleur et la sensibilité

  3. Palper pour détecter la présence d'un épanchement Les trois manœuvres à la recherche d'un épanchement du genou sont les suivantes :

    a. Test d'onde de fluide : Traire le liquide vers le haut du côté médial dans l'espace suprapatellaire et le lait redescend latéralement et surveillez l'onde de fluide. Cela fonctionne bien dans les épanchements de petite à moyenne taille. Les grands épanchements ne révéleront pas d'onde de liquide car vous ne pouvez pas aspirer le liquide dans l'espace suprapatellaire car il y a trop de liquide !

    b. Tapotement rotulienne : comprimez la bourse suprapatellaire d'une main et appuyez sur la rotule de l'autre main. Si du liquide est présent, il se déplacera de la bourse suprapatellaire sous la rotule et vous pourrez taper la rotule vers le bas, déplaçant le liquide pour atteindre le fémur.

    c. Ballonnement : placez votre main sur la poche suprapatellaire et comprimez le liquide dans l'articulation. Avec l'autre main, comprimez le liquide par le bas pour sentir l'onde de fluide transmise. Cela fonctionne bien avec de grands épanchements !

  4. Palpation postérieure

    a. Commencez par palper les ischio-jambiers pour voir s'ils sont tendres

    b. Descendez jusqu'à la fosse poplitée et palpez les repères et le contenu :

    c. Superolatéral : tendon du biceps fémoral

    d. Superomédial : tendons semi-membraneux et semi-tendineux

    e. Inférieurement : Gastrocnémien

    f. Contenu : artère, veine et nerf poplités et palpation d'un kyste de Baker ou d'une adénopathie

Palpation avec le genou à 90 degrés de flexion

Palpation médiale

a. Commencez par la dépression des tissus mous (tibia médial) et remontez

b. Palpez vers le haut jusqu'à atteindre le pes anserinus situé juste en dessous du plateau tibial médian. Il s'agit de l'insertion des tendons Sartorius, Gracilis et Semitendinosus. La bourse ansérine du pes peut devenir enflammée et provoquer une douleur interne au genou.

c. Continuez à palper vers le haut jusqu'à ce que vous arriviez à la jonction du tibia et du fémur. Palpez le long de la ligne de l'articulation médiale en remarquant la sensibilité des points.

d. Palpez le ligament collatéral interne pour voir s'il est sensible.

Palpation latérale

a. Commencez la palpation latérale au-dessus du péroné et palpez vers le haut.

b. Palpez vers le haut jusqu'à atteindre l'espace articulaire latéral. Palpez le long de la ligne articulaire en remarquant la sensibilité.

c. Palpez le tendon épais du biceps fémoral juste en arrière de l'articulation

d. Palpez en avant sur la bande lilotibiale qui s'insère sur le tubercule tibial latéral. La bande iliotibiale est une bande épaisse de fascia et plus facilement palpable lorsque le genou est fléchi contre une résistance ou est étendu.

e. Le nerf tibial postérieur peut être palpé à l'endroit où il traverse le col du péroné.

Plage de mouvement - Passif

  1. Saisir la cheville des patients et fléchir le genou autant que possible. Le genou doit fléchir d'au moins 135 degrés. Notez la distance entre le talon et la fesse — chez les jeunes patients, le talon peut généralement toucher la fesse.
  2. Étendre le genou vers l'arrière jusqu'à l'extension complète. Avec le genou en pleine extension, vous ne devriez pas être capable de glisser votre main sous le dos du genou. En fait, le genou devrait avoir quelques degrés d'hyperextension passive.

Essais spéciaux et essais de stabilité

Ligament collatéral médial

La stabilité du ligament collatéral médial est réalisée avec le patient couchée. Demandez au patient de fléchir légèrement le genou pour simplement déverrouiller de l'extension complète. Placez une main sur la cheville et l'autre sur le côté latéral du genou contre la tête fibulaire. Tout en maintenant la cheville, poussez contre l'aspect latéral du genou pour tenter d'ouvrir l'articulation du genou à l'intérieur. Comparez les deux côtés. Un écart dans le ligament collatéral médial peut représenter une déficience dans le ligament ou une pseudolaxité de l'effondrement de l'espace articulaire.

Ligament collatéral latéral

La stabilité latérale du ligament collatéral est réalisée avec le patient couchée. Demandez au patient de fléchir légèrement le genou pour simplement déverrouiller de l'extension complète. Placez une main sur la cheville et l'autre sur le côté médial du genou contre le tibia. Tout en maintenant la cheville, poussez contre l'aspect médial du genou dans une tentative d'ouvrir l'articulation du genou à l'extérieur. Comparez les deux côtés. Un écart dans le ligament collatéral latéral peut représenter une déficience dans le ligament ou une pseudolaxité de l'effondrement de l'espace articulaire.

Ligament croisé antérieur

  1. Test du tiroir antérieur : Le test du tiroir antérieur est également généralement effectué avec le patient en décubitus dorsal et le genou en flexion de 90°. L'examinateur tire rapidement la partie supérieure du mollet vers l'avant à l'aide des deux mains. Le tibia ne doit pas être pivoté et les ischio-jambiers doivent être relâchés pour évaluer correctement le LCA. Un LCA intact arrête brusquement le mouvement vers l'avant du tibia lorsque le LCA atteint sa longueur maximale. Si le tibia peut être déplacé vers l'avant sans arrêt brusque, appelé point d'extrémité discret, cela est considéré comme un signe positif du tiroir antérieur. Il est souvent utile d'effectuer ce test sur le genou non blessé pour déterminer si la quantité de translation antérieure diffère entre les genoux.
  2. Test de Lachman : Le test de Lachman est généralement effectué alors que le patient est allongé en décubitus dorsal avec le genou fléchi de 20° à 30°. 19 L'examinateur se tient debout sur le côté de la jambe du patient avec la cicatrisation du patient sur la table d'examen. Le fémur est saisi d'une main juste au-dessus du genou. Pendant que l'examinateur saisit fermement le fémur pour empêcher le haut de la jambe et détendre les ischio-jambiers, l'autre main saisit le tibia proximal. Le bas de la jambe est alors tiré rapidement vers l'avant et un point final discret doit être ressenti. Un test positif est un test dans lequel le point final n'est pas discret ou où la translation antérieure du tibia est accrue. Le test est plus difficile à réaliser lorsque l'examinateur a de petites mains ou que le patient a de grandes jambes, les deux situations rendant plus difficile la saisie complète des jambes. Dans ce cas, le patient peut être placé sur le ventre avec le genou au même degré de flexion pendant que l'examinateur tente le même mouvement du tibia.
  3. Test de décalage du pivot : Le test de décalage du pivot latéral combine une contrainte valgus (poussée de l'extérieur du genou vers le centre) avec une force de torsion pendant que le genou est fléchi. Dans la version 20 du test de Losee, le patient repose sur le dos avec le genou en flexion de 45°. L'examinateur place une main sur la face latérale du genou et pousse vers l'intérieur, créant ainsi une tension valgus. En même temps, l'autre main de l'examinateur soutient et tire le pied latéralement. Lorsque l'examinateur étend lentement le genou, le tibia et le pied commencent à se tordre à l'intérieur. Un test positif consiste en un « bruit sourd » ou une « secousse » évident à une flexion de 10° à 20° dans le genou déficient en LCA, représentant une subluxation antérieure du tibia sur le fémur

Ligament croisé postérieur

  1. Test du tiroir postérieur : La stabilité postérieure ou PCL est généralement évaluée à l'aide du test du tiroir postérieur. Ceci est réalisé avec le patient en décubitus dorsal et le genou fléchi à 90°. L'alignement des genoux est inspecté : si le tibia du genou atteint est subluxé vers l'arrière (un « affaissement » postérieur), l'application d'une pression antérieure corrigera l'affaissement. Si la subluxation peut être corrigée, elle est considérée comme un signe positif du tiroir postérieur. D'autres considèrent qu'un test du tiroir postérieur est positif si une force postérieure exercée sur le tibia ne rencontre aucun point final distinct, l'inverse du test du tiroir antérieur.

Lésion méniscale

  1. Test de McMurray : Le test McMurray est effectué avec le patient en position couchée. L'examinateur se tient sur le côté du genou atteint et place une main sur le talon et une autre le long de la partie médiane du genou, fournissant une force valgus. Le genou est étendu à partir d'une position complètement fléchie tout en faisant pivoter le tibia à l'intérieur. Le test est répété en faisant tourner le tibia vers l'extérieur. Un signe positif est indiqué par un « éclatement » et une sensation de symptômes le long de la ligne articulaire, souvent accompagnés d'une incapacité à étendre complètement le genou.
  2. Test de compréhension Apley : Le test de compression Apley est effectué avec le patient couché en position couchée sur une table d'examen basse. L'examinateur applique son genou dans la cuisse postérieure de la jambe à examiner, puis fléchit et tourne à l'extérieur le tibia tout en saisissant la cheville. L'examinateur comprime ensuite le tibia vers le bas. Si cette compression provoque une augmentation de la douleur, le test est considéré comme positif.
  3. Le test de mouture médio-latérale : Le test de mouture médio-latérale est effectué avec le patient en décubitus dorsal sur la table d'examen. L'examinateur serre le mollet de la jambe affectée dans une main et place l'index et le pouce de la main opposée sur la ligne articulaire. Les contraintes de valgus et de varus sont appliquées au tibia pendant la flexion et l'extension. Si une sensation de grincement est palpée par la main placée au-dessus de la ligne de joint, le test de mouture médio-latéral est considéré comme positif.

Test de patello-fémoral

Test de broyage rotule : Poussez vers le bas sur la rotule dans la rainure trochléaire. Demandez au patient de serrer les quadriceps et de noter le mouvement du rotule pour le crépitus. De la même manière, demandez au patient de détendre les quadriceps et de tenir fermement la rotule dans la rainure d'en haut. Demandez au patient de fléchir maintenant les quadriceps et de noter toute douleur produite en limitant ce mouvement.

Tests neurovasculaires

Flexion du genou : ischio-jambiers (L5, S1 — nerf sciatique)

Extension du genou : quadriceps (L2,3,4 — nerf fémoral)

Télécharger

Téléchargez le contenu de cette page en format PDF.

Cette ressource est disponible en anglais seulement.

  • Examen du genou