Maladies

Phénomène de Raynaud

Le phénomène de Raynaud (Raynaud, ou RP) est une condition où de très petits vaisseaux sanguins entrent en spasme ou « se serre » en réponse à des températures froides.

Raynaud réduit le flux sanguin vers les extrémités, généralement les doigts et les orteils, ce qui les rend blancs et froids. Lorsqu’ils se réchauffent, la peau devient généralement une autre couleur, comme le bleu ou le rouge, avant de revenir à la normale.

Causes des attaques

Les attaques de Raynaud sont généralement causées par l’exposition à des températures froides et peuvent durer de quelques minutes à quelques heures ou plus. D’autres choses qui peuvent déclencher des attaques incluent le stress émotionnel, les traumatismes (blessures), les changements hormonaux et le tabagisme.

Les personnes ont un risque plus élevé de développer une maladie de Raynaud si elles ont déjà subi une blessure aux extrémités comme des engelures ou une chirurgie, ainsi que celles ayant des antécédents d’actions répétitives ou de vibrations, comme l’utilisation d’un marteau piqueur, des exercices, la dactylographie ou le piano.

Types primaires et secondaires

Il existe deux types de base de Raynaud : primaire et secondaire.

Primaire de Raynaud

Dans la maladie primaire de Raynaud, il n’y a pas de maladie auto-immune sous-jacente associée. Ce type de Raynaud est vu seul et se produit par lui-même. Elle touche habituellement les jeunes femmes de la vingtaine ou de la trentaine et semble plus fréquente chez les jeunes femmes minces. La maladie se déroule souvent dans des familles.

Secondaire Raynaud

La maladie secondaire de Raynaud est « secondaire » à une maladie auto-immune comme la sclérose systémique (sclérodermie), le lupus, la polyarthrite rhumatoïde et le syndrome de Sjogren. La maladie secondaire de Raynaud a tendance à être plus sévère que celle de Raynaud primaire, à commencer à un âge plus avancé, et les symptômes peuvent s’aggraver avec le temps.

La maladie secondaire de Raynaud est associée à des maladies auto-immunes sous-jacentes à des degrés divers. On a estimé que presque toutes les personnes atteintes de sclérose systémique (sclérodermie) ont également la maladie de Raynaud, et que 1 personne sur 3 avec le syndrome de Sjogren l’ont.

On ne comprend pas ce qui fait que les vaisseaux sanguins deviennent plus sensibles aux températures froides et à d’autres déclencheurs. Certains experts pensent que la réponse pourrait être liée au système immunitaire parce que la maladie de Raynaud peut être associée à des maladies auto-immunes ou du tissu conjonctif comme la polyarthrite rhumatoïde et la sclérodermie.

Effets sur la grossesse

La grossesse peut être plus compliquée pour les femmes atteintes de Raynaud et d’une maladie auto-immune sous-jacente. Selon la maladie ou le syndrome spécifique, ces femmes peuvent être à risque de fausses couches multiples.

La maladie de Raynaud peut rarement affecter la capacité d’une femme à allaiter dans les cas où la zone du mamelon est affectée.

Comprendre le phénomène de Raynaud

Symptômes

Le phénomène de Raynaud est souvent déclenché par des températures froides ou dans des situations stressantes. Les personnes atteintes de Raynaud peuvent éprouver une « attaque » de symptômes où le flux sanguin vers les doigts et les orteils est considérablement réduit. Certaines personnes subiront des changements de couleur dans les zones touchées, qui peuvent devenir blancs (pâleur), bleus (cyanose) et/ou rouges (rubor) au cours d’une attaque.

Les zones où le flux sanguin est réduit peuvent être assez douloureuses et une sensation de brûlure peut être présente lorsque les zones se réchauffent.

La plupart des attaques durent environ 5 à 10 minutes, mais leur durée peut varier. Certains peuvent être très brèves, ne durer qu’une minute ou deux, tandis que d’autres peuvent être beaucoup plus longs, pouvant durer jusqu’à plusieurs heures.

Il est possible d’avoir plus d’une attaque par jour.

Les zones les plus souvent touchées par la maladie de Raynaud sont les doigts et les orteils. Moins souvent, il peut également affecter le nez, les oreilles, les lèvres et les mamelons.

Dans les cas graves de Raynaud secondaire, lorsque la condition est accompagnée d’une maladie auto-immune ou du tissu conjonctif, il peut provoquer des ulcères douloureux au bout des doigts.

Diagnostic

Le phénomène de Raynaud est mieux diagnostiqué par un rhumatologue, un type de médecin qui se spécialise dans l’arthrite et les maladies auto-immunes.

Pour diagnostiquer la maladie de Raynaud, ils prendront une histoire minutieuse et complète en se concentrant sur la nature des attaques de Raynaud de leur patient, et effectueront un examen physique approfondi. Sur la base de ces informations, le médecin ordonnera probablement des tests pour confirmer le diagnostic, vérifier si le syndrome de Raynaud est primaire (il apparaît seul) ou secondaire à un trouble auto-immune non découvert, et pour exclure d’autres conditions possibles.

Le signe le plus pertinent de Raynaud est le manque de flux sanguin vers les doigts ou les orteils lors d’une attaque. Cela peut être vu facilement car la zone affectée devient blanche, le rouge ou le bleu puis revient à la couleur naturelle de la peau.

La meilleure façon de diagnostiquer la maladie de Raynaud est de demander au patient d’apporter des photos de la zone touchée pour observer les changements de couleur.

Une autre méthode de test pour la détection de Raynaud est connue sous le nom de « défi froid ». Une personne place simplement ses mains sous l’eau froide. Ceux qui sont atteints de Raynaud perdront la circulation de leurs mains et de leurs doigts beaucoup plus rapidement que ceux qui ne sont pas touchés. Un médecin qui observe le défi peut faire la différence entre la circulation normale et la circulation réduite observée avec la maladie de Raynaud. Cela n’est pas fait fréquemment car il est inconfortable pour le patient.

Tests communs pour diagnostiquer le phénomène de Raynaud

Les tests suivants sont couramment utilisés pour diagnostiquer la maladie de Raynaud. D’autres tests plus spécifiques pourraient être effectués pour déterminer s’il existe des maladies auto-immunes sous-jacentes potentielles qui pourraient accompagner la maladie secondaire de Raynaud.

Test « Cold Challenge »

Le test de « défi à froid » consiste à placer les mains sous l’eau froide, un médecin observant les signes de circulation réduite.

Tests sanguins

Recherche d’inflammation : Ces tests peuvent produire des résultats anormaux chez les patients atteints de maladie secondaire de Raynaud, où la maladie est accompagnée d’une maladie auto-immune ou du tissu conjonctif qui provoque une inflammation dans le corps. Les tests courants comprennent une numération sanguine complète (CBC), un taux de sédimentation érythrocytaire (ESR) et une protéine C-réactive (CRP).

Recherche de signes de maladie auto-immune : facteur rhumatoïde (RF), anticorps anti-nucléaire (ANA) et d’autres tests qui recherchent des signes de maladies auto-immunes peuvent aider à identifier la maladie secondaire de Raynaud.

Pour exclure les affections thyroïdiennes : le test d’hormone stimulante thyroïdienne (TSH) exclut les affections thyroïdiennes qui pourraient être associées aux symptômes d’un patient.

Scanne

La thermographie (imagerie thermique) est utilisée dans les milieux de recherche pour comprendre comment la circulation sanguine d’un patient est affectée dans ses extrémités. Chez la plupart des patients, le « défi du froid » avec de l’eau courante froide est suffisant pour diagnostiquer la maladie de Raynaud.

Causes

Les scientifiques ne comprennent pas entièrement ce qui fait que les vaisseaux sanguins deviennent plus sensibles aux températures froides et à d’autres déclencheurs, de sorte que le phénomène de Raynaud est développé.

Certains experts estiment que le phénomène de Raynaud pourrait être lié au système immunitaire parce qu’il est parfois associé à des maladies auto-immunes ou du tissu conjonctif telles que la polyarthrite rhumatoïde, la sclérodermie, le syndrome de Sjogren et le lupus.

Les attaques de Raynaud sont généralement causées par l’exposition à des températures froides. Beaucoup d’autres choses peuvent aussi déclencher une attaque, y compris le stress émotionnel, les traumatismes (blessures), les changements hormonaux et le tabagisme.

Les personnes ont un risque plus élevé de développer une maladie de Raynaud si elles ont déjà subi une blessure aux extrémités comme des engelures ou une chirurgie, ainsi que celles ayant des antécédents d’actions répétitives ou de vibrations, comme l’utilisation d’un marteau piqueur, des exercices, la dactylographie ou le piano.

Traitements

Le traitement le plus courant pour la maladie de Raynaud consiste à prendre des mesures pour éviter les attaques, notamment en gardant le corps, les mains et les pieds au chaud. Cela peut également impliquer d’éviter le stress émotionnel et environnemental, les vibrations, les mouvements et les activités répétitifs et les changements de style de vie. Les médicaments ne sont utilisés que lorsque ces mesures ne permettent pas de contrôler suffisamment les symptômes.

Mesures d’adaptation pour éviter les attaques

Garder au chaud

Une des meilleures choses qu’une personne atteinte de Raynaud peut faire pour gérer ses symptômes est de rester au chaud. Il est important de garder tout le corps au chaud, pas seulement les mains et les pieds. Lorsque tout le corps est chaud, il est plus facile pour le cœur de pomper du sang chaud vers les extrémités.

Un chapeau chaud (toque), une écharpe et des gants sont recommandés dans les mois les plus froids. Porter des sous-vêtements longs, des pulls, des écharpes, des mitaines ou des gants, et des chaussettes peut aider à tout moment selon le climat.

Il peut être utile de toujours porter des gants ou des mitaines lors de la manipulation d’objets froids, comme sortir quelque chose du congélateur.

Faire des accommodements dans la vie et le travail

Faire certaines mesures d’adaptation aide à éviter les attaques, comme porter des gants de protection dans un environnement de travail froid, ou éviter l’utilisation d’outils vibratoires comme des forets ou des marteaux piqueurs. Il est conseillé de réduire ou d’éviter les tâches ou les activités qui impliquent des mouvements répétitifs.

Il est également important d’éviter le stress et d’apprendre à faire face à des situations stressantes émotionnellement.

Changements dans le mode de vie et la santé (caféine, tabagisme, certains médicaments)

La caféine, la nicotine et d’autres stimulants peuvent déclencher des attaques ou aggraver les symptômes de Raynaud. Il est sage d’arrêter ou au moins de réduire considérablement la consommation de ces substances.

Le tabagisme en général peut déclencher un vasospasme (une constriction soudaine des vaisseaux sanguins) dans les artérioles (un petit vaisseau sanguin), ce qui peut exacerber (intensifier) la condition.

Les médicaments sympathomimétiques doivent être évités à moins qu’ils ne soient supervisés par un médecin. Ce sont des médicaments qui affectent le système nerveux sympathique. Ils comprennent des drogues illégales comme la cocaïne et la méthamphétamine, certains suppléments comme l’éphédra, des médicaments contre le rhume qui contiennent de la pseudoéphédrine ou de l’oxymétazoline, et des traitements stimulants pour le trouble déficitaire de l’attention et la narcolepsie.

Médicaments qui traitent le phénomène de Raynaud

La plupart des personnes atteintes de Raynaud qui ont besoin de médicaments ne le prennent que lorsqu’elles en ont besoin, ou selon les instructions de leur médecin. Dans les climats plus froids, beaucoup de patients qui ont besoin de médicaments trouvent qu’ils n’ont besoin que de le prendre régulièrement pendant l’hiver quand ils savent qu’ils vont passer de longues périodes d’exposition à des températures plus froides.

Bloqueurs des canaux calciques

Le premier choix du médicament pour traiter la maladie de Raynaud est un type de médicament antihypertenseur (abaissement de la pression artérielle) appelé un inhibiteur des canaux calciques. Par exemple, les médicaments à action prolongée tels que la nifédipine, l’amlodipine ou la felodipine.

Autres médicaments pour la maladie de Raynaud

Si un bloqueur calcique n’est pas suffisant pour contrôler les symptômes ou si une personne ne peut les tolérer, il y a beaucoup d’autres options à essayer.

Les médicaments connus pour la dysfonction érectile tels que le Viagra (sildénafil) ou le Cialis (tadalafil) peuvent être efficaces à des doses plus faibles.

Le losartan est un autre type de médicament pour la pression artérielle qui a été utile chez certaines personnes atteintes de Raynaud.

Des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) tels que la fluoxétine, un type de médicament plus connu pour le traitement de la dépression ; et des alpha-bloquants comme la prazosine, ont également été utilisés pour améliorer les symptômes de la RP.

Dans les cas très graves de RP qui ont causé des ulcères ou de la gangrène (un état grave où les cellules meurent en raison d’un manque de circulation sanguine), un médicament appelé iloprost peut être administré par perfusion intraveineuse en milieu hospitalier pour dilater (ouvrir) les vaisseaux sanguins.